AVA
Accueil du site > Actualités > France > Concert de musique classique indienne

Concert de musique classique indienne

Samedi 11 juin 2016 à 20h30 à la salle Olivier Messiaen, Grenoble

lundi 2 mai 2016, par sarang

Musique Classique de l’Inde du Nord

Récital de Sitar



Pirouz DJOHARIAN Lav SHARMA
sitar tabla


Samedi 11 avril 2016 à 20h30
Salle Olivier Messiaen
1, rue du Vieux Temple, Grenoble
Places : 15 € et 10 € (étudiants, chomeurs, ...)

Renseignement et réservation :
Tél : 06 99 18 44 91
email : www.aava at free.fr
Billets en vente sur place


Pirouz DJOHARIAN

Pirouz Djoharian fait ses débuts en musique en Iran dans les années 70, en jouant de la batterie dans les groupes de rock lycéens. En France, parallèlement à ses études de mathématiques, il apprend la guitare classique puis rapidement, il se tourne vers le jazz et les musiques improvisées. En 1990, suite à un séjour en Inde, il étudie le setar indien et à la musique classique indienne. Plongé dans les deux vastes océans que sont le jazz et la musique indienne, son père lui offre un târ iranien en disant :"joue aussi la musique de ton pays !". Il se met alors au târ et par la suite au setâr iranien, lointain parent du setar indien.

Lav SHARMA

Lav Sharma est né en Inde dans une famille de musiciens. Il a été initié dès l’âge de 6 ans par son grand père, un artiste réputé dans les domaines du théâtre et de la musique de dévotion. Lav Sharma A l’âge de 12 ans c’est son oncle Pandit Dinesh Sharma, disciple d’Ustad Latif Khan de Delhi Gharana, qui l’initie au tabla. En France depuis 1988, il enseigne le tabla, parallèlement au Yoga, en particulier au Centre Tapovan à Paris. Il a donné de nombreux concerts, notamment lors du Festival de Jazz ou en compagnie d’Ustad Usman Khan, le grand maître du Sitar. Pour faire découvrir la musique indienne au public français, depuis une dizaine d’années, il organise des concerts de musique Indienne à Grenoble et au Sappey.

Les instruments

Sitar Sitar indien
Sitar (étymologiquement "3 fils") est un luth à long manche de la famille des tanbur-s. Il possède une caisse hémisphérique en gourde et un manche creux taillé dans le bois, muni d’une vingtaine de frettes métalliques amovibles, ajustables selon l’échelle mélodique interprétée.
Le sitar comporte 7 cordes métalliques (acier et bronze), dont trois cordes de bourdon rythmique, accordées en quinte et à l’octave. Ces cordes s’appuient sur un chevalet courbe en bois recouvert d’un morceau de corne ou d’os. Les cordes sont pincées au moyen d’un onglet métallique que l’on porte à l’index. L’instrument est généralement doté de 11 à 13 cordes sympathiques reposant sur un deuxième chevalet.
Selon la croyance commune Setar Aala, adaptation du Setar persan par Amir Khosrow cet instrument dérive du sétâr persan et a été inventé par Amir Khosrow Dehlavi, musicien légendaire du 13e siècle. Amir Khosrow modifia le setar persan en s’inspirant de l’instrument indien le "tri-tantree veena" pour ajouter des cordes supplémentaires et adopter un chevalet "courbe". Il appela son nouvel instrument seh-tar a’ala (étymologiquement "setar suprême"). Depuis le 13e siècle, le sitar a connu de nombreuses modifications, tant dans la forme que dans la taille (utilisation d’une gourde comme caisse de résonance, ajout de cordes, etc). Aujourd’hui le sitar est considéré comme l’un des symboles de la musique classique de l’Inde du Nord.
Voir aussi :
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Sitar

Tabla Tabla
Principale percussion de l’Inde du Nord, le tabla est constitué de deux fûts, l’un taillé dans le bois, constituant un tambour aigu et l’autre métallique formant le tambour grave. Les deux fûts sont recouverts de peaux de chèvre tendues par des lanières et cordelettes en cuir de chameau. Ces deux peaux comportent en leur milieu une pastille composée de poudre de fer qui confère à l’instrument un son harmonique (les sons partiels sont accordés en série presque harmonique). Cette caractéristique permet au tabla d’être accordé sur la note tonique de l’instrument mélodique.
Le tabla se joue avec les doigts, avec des mains en contact avec la peau. En déplaçant la paume sur le tabla grave, on arrive à obtenir également des glissandi caractériqtiques.
voir aussi :
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Tabl%C3%A2


Plan du site | Espace privé | nous ecrire: www.aava@free.fr